Aéroport Avignon Provence et G1 Aviation

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’aéroport d’Avignon

C’est un aéroport de 175 hectares avec une piste orientée nord-sud (pour prendre le mistral de face) de 1880 mètres de long sur 45 mètres de large. Il est la propriété de la région PACA et est géré par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) d’Avignon. Il s’effectue annuellement sur l’aéroport 50.000 atterrissages et décollages.

Ainsi le trafic de l’aéroport est surtout constitué de vols d’affaires ou privés, de l’ENAC, de G1 aviation et de quelques vols réguliers.

L’aéroport est uni avec certaines compagnies comme : Flybe ; Cityjet ; Netjets.

Les objectifs futurs de cet aéroport sont la création de nouvelles voies aériennes pour d’autres destinations (bientôt la Corse) ainsi que le rallongement de la piste pour accueillir plus de vols réguliers.

Une vue aérienne de l'aéroport

La tour de contrôle d’Avignon et le métier de contrôleur aérien

C’est une tour de 15 à 20 mètres de haut où il s’y relaye en permanence de jour comme de nuit 2 professionnels et 2 stagiaires.

Leur fonction est de prévenir les collisions d’aéronefs et d’accélérer et ordonner les circulations des ces derniers. Ainsi, un des plus gros problèmes que doit résoudre le contrôleur est la présence d’oiseaux et d’animaux sur la piste.

Le contrôleur ne travaille pas plus de 11 heures à la suite. Il n’a pas de week-end ni de jour férié et il travaille 7 jours sur 7 (Même si après 3 jours de travail, il peut avoir 2 jours de récupération). La « zone » de travail des contrôleurs et une « zone » de 40 km par 20 km sur une hauteur de 2500 pieds (environ 820 mètres).

Les contrôleurs aériens sont des agents de la fonction publique, ils ne sont pas payés par les impôts mais par les taxes versées par les avions qui passent par le territoire aérien français.

Les contrôleurs aériens appartiennent au ministre de l’écologie et du développement durable car ils ont pour objectif de donner les trajectoires les plus courtes aux avions.

La tour de contrôle

Pour devenir contrôleur aérien

Il existe plusieurs écoles comme :  ESMA; ENAC; Airways ; Aéroclubs.

Il existe deux concours possibles: le TSA (Technicien Supérieur de l’Aviation) de niveau Bac ou l’ICNA (Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne) de niveau Bac +2. Pour obtenir le concours il faut  passer des écrits en mathématiques et français ainsi qu’un oral et un entretien avec un jury. Malgré tout, une des matières les plus importantes reste l’anglais.

La première année d’étude est payé 1 fois le smic, la deuxième année est payé 1,2 fois le smic

Un temps de stage est nécessaire pour se qualifier sur le site.

A la fin d’une carrière, le salaire d’un contrôleur aérien est de 5000 à 5500 € par mois.

Depuis la tour de contrôle

G1 Aviation

G1 Aviation est une entreprise de construction d’avions et de G1. Ce sont des ULM (planeur Ultra-Léger Motorisé).

L’entreprise siège au pôle Pégase à l’aéroport d’Avignon mais elle est actuellement en déménagement pour Gap.

Le G1 est un avion de 450 kg au décollage (sans parachute) avec une puissance de 100 chevaux.

Ses appareils vendus partout dans le monde sont capables d’atterrir et de décoller sur de très courtes distances.

G1 Aviation fabrique essentiellement des ULM avec parachutes qui sont moins couteux en entretien et moins contraignants en terme de législation que des avions.

Un G1 coûte entre 72.000 et 75.000 €. Il est fait de 7.500 rivets et est construit en 1000 heures par 5 ouvriers et quelques machines.

Un G1 sur la piste